Abbaye de La Trappe

"Personne ne se permettra de rapporter sans discernement à autrui
ce qu'il aurait vu ou entendu hors du monastère."

La règle de Saint Benoît, chapitre 67.

Abbaye de La Trappe


La communauté de Timadeuc est liée à celle de l’abbaye de la Trappe (Orne) par la filiation. Le père abbé de la maison fondatrice exerce la responsabilité de guider, protéger et surveiller sa "fille" !
Tous les deux ans, des visites régulières sont prévues pour "renforcer, compléter et, le cas échéant, corriger l’action pastorale de l’abbé local, ainsi que de stimuler les frères".
Nous devons cette structure en réseau, garant de l’unité d’esprit des débuts au génie d’Étienne Harding (troisième abbé de Cîteaux) qui rédigea la Charte de Charité.
Cet "organigramme" cistercien préserve la personnalité de chaque communauté tout en créant des liens étroits entre chaque maison consciente d’appartenir à un même ordre cistercien.

Abbaye La Joie Notre-Dame

"Tenons-nous pour psalmodier
de manière que notre esprit soit en accord avec notre voix."

La règle de Saint Benoît, chapitre 19.

Abbaye La-Joie-Notre-Dame


La communauté de Timadeuc est liée à celle de La Joie Notre-Dame située à Campénéac ; près de Ploërmel. Le père abbé de Timadeuc est dit le "père immédiat" des moniales de cette communauté. Cela se traduit par des relations fraternelles étroites et des visites fréquentes.
Ces liens se sont renforcés lors du transfert de la communauté de Sainte-Anne-d’Auray à Campénéac puisque ce sont les frères de Timadeuc qui ont en grande partie construit le monastère actuel en 1953.
Les sœurs ont fait une fondation à Madagascar, – sous le nom de Notre-Dame d’Ampibanjinana, qui se développe bien. Le père abbé de Timadeuc est aussi le "père immédiat" de ce monastère malgache auquel il rend visite tous les deux ans.
Ces liens fraternels qui peuvent exister entre une communauté masculine et une communauté féminine de notre Ordre constituent l’une des richesses du monachisme cistercien.

La fraternité cistercienne de Timadeuc

"une école où l'on serve le Seigneur."

La règle de Saint Benoît, prologue.

La fraternité cistercienne de Timadeuc


À la famille cistercienne née à Cîteaux en 1098, s'ajoute désormais - selon une expression de dom Bernardo Olivera, ancien abbé général de l'Ordre - "une nouvelle branche sur l'arbre cistercien" : les laïcs cisterciens.

Depuis quelques années, ils forment une Fraternité qui se réunit au monastère trois ou quatre fois par an. Elle s’est donnée une charte qui dit :

"notre Fraternité associée à l’Abbaye Cistercienne Notre-Dame de Timadeuc est née du désir exprimé par plusieurs amis de l’Abbaye de mieux connaître sa spiritualité et plus encore de se rapprocher davantage de la communauté qu’ils fréquentaient parfois depuis longtemps."
Une quinzaine de personnes très engagées dans la vie sociale ou dans l’Église (deux hommes mariés sont diacres permanents et une femme est vierge consacrée) veulent vivre une expérience de la spiritualité cistercienne qui se fonde essentiellement sur la prière, les partages, les enseignements (Règle de Saint Benoît, Pères cisterciens), la communion vécue lors des rencontres, mais aussi dans la vie quotidienne.
Cette Fraternité de Timadeuc est liée aux autres Fraternités qui existent dans le monde et garde des relations avec l’Ordre dans son ensemble.

Sur le web

"Personne ne se permettra de rapporter sans discernement à autrui
ce qu'il aurait vu ou entendu hors du monastère."

La règle de Saint Benoît, chapitre 67.

Sur le web


Ordre Cistercien de la Stricte Observance
(les moines cisterciens-trappistes)

Ordre Cistercien
(les moines cisterciens)

Fondation des Monastères

Commission Francophone Cistercienne

Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones

Association pour le Rayonnement de la Culture CIStercienne